Le hérisson européen est un mammifère nocturne qui peut vivre environ 8 ans. Cependant, son espérance de vie dans la nature est plutôt estimée à 3 ans, en raison des nombreux dangers qu’il encourt ainsi que de la mortalité infantile qui est très élevée.

Le hérisson pèse seulement 15 à 20 g à sa naissance. Il est alors aveugle, sourd et tout rose. Il atteindra un poids de 800 g à 1.5 kg à l’âge adulte pour une taille de 26 à 30 cm, et aura entre 6’000 et 8’000 piquants. Les mâles sont généralement plus grands que les femelles.

Si la vue du hérisson laisse à désirer, son sens du toucher (vibrations), de l’ouïe et de l’odorat sont très développés.

Habitat et mode de vie

Le hérisson vit en solitaire. Les mâles peuvent facilement voyager plusieurs kilomètres par nuit, tandis que les femelles sont plus territoriales et s’aventurent moins loin. Ce petit animal aime principalement les jardins comprenant de nombreux buissons, haies et feuillages, ainsi que les espaces verts tels que les jardins et les parcs. On le retrouve de plus en plus souvent en ville, car la campagne ne lui permet plus toujours de trouver ce dont il lui faut pour vivre. Il peut se trouver environ jusqu’à 1400 m d’altitude.

Le hérisson se façonne plusieurs nids dans lesquels il s’abrite durant toute l’année. En principe, il les construit sous les feuilles, les branches, les tas de bois, ou parfois dans les garages ou sous les cabanons de jardins. Les nids prévus pour l’hibernation doivent être bien isolés et plus solides que les autres nids, pour le protéger au maximum des intempéries.

Pour survivre durant l’hiver, le hérisson hiberne durant 4 à 6 mois, selon le climat et les températures. Il se réveille toutefois régulièrement (en moyenne chaque 10 à 20 jours). Ses battements cardiaques passent de près de 120 à 170 pulsations minute à 8 à 20 pulsations minute, c’est-à-dire qu’il respire 3 à 4 fois par minute seulement. Sa température corporelle passe de 36°C à 5°C. Il perd jusqu’à 30 % de son poids initial durant la saison froide.

Alimentation

Dans la nature, le hérisson se nourrit surtout d’insectes : scarabées, grillons, larves, vers de terre, limaces, escargots, araignées, etc. Il lui arrive également de manger sur son passage quelques végétaux (baies par exemples, ou fruits tombés au sol, etc.) et parfois des restes de souriceaux, oisillons, lézards et œufs laissés par d’autres prédateurs. Plus d’infos sur la page Alimentation.

Reproduction

La saison des amours a lieu d’avril à août. Une hérissonne peut mettre bas jusqu’à 2 fois par année et peut avoir entre 1 et 7 petits. Le souci est qu’avec les saisons qui restent douces de plus en plus tard, il peut arriver que des bébés naissent encore jusqu’à fin octobre, ce qui les condamne automatiquement pour l’hiver, car ils ne seront pas assez grands pour pouvoir hiberner (poids minium pour hiberner sans danger en hiver : 700 g). Par ailleurs, les mamans abandonnent souvent leurs petits pour aller hiberner et sauver leur propre vie.

Prédateurs et réflexes

Parmi ses principaux prédateurs, on notera le blaireau, le renard, le chien qui peut blesser grièvement le hérisson, et le chat qui peut tuer les bébés. Mais le plus gros prédateur demeure l’homme : empoisonnement, trafic routier, empalement par une fourche, scalpé par une tondeuse ou une débroussailleuse, coincé dans les filets de vignes et les grillages, noyé dans les piscines ou les bassins, brûlé dans les feux, etc.). Plus d’infos sur la page Dangers.

Lorsqu’il se sent en danger, le hérisson n’a pas le réflexe de partir en courant, mais il dresse ses piquants dans tous les sens et se met en boule. Il lui arrive également de souffler ou de donner des coups avec sa tête.